Imprimer

Cinq ans après sa disparition, la Ville d’Angers rend hommage à Camille Lepage à travers deux expositions et un débat. Un film sur la photojournaliste Angevine sortira en fin d’année. L’œuvre de la photographe Leila Alaoui sera également mise en valeur dans une des expositions.

Deux destins tragiques
Née à Angers, Camille Lepage se passionne pour le journalisme au cours de ses études et devient photoreporter de guerre. Elle séjourne en Egypte, au Soudan et au Soudan du Sud avant de partir pour la Centrafrique. Elle travaille notamment pour l’AFP, la BBC ou bien le Monde. Elle est tuée le 12 mai 2014 à la frontière camerounaise, alors qu’elle réalisait un reportage sur l’exploitation diamantaire.
Photographe et vidéaste franco-marocaine, Leila Alaoui a fait ses études d’art à New York. Elle utilise la photographie et la vidéo pour exprimer diverses réalités sociales : la construction d’identité, la diversité culturelle ou encore la migration dans l’espace méditerranéen. Elle succombe dans une attaque terroriste à Ouagadougou, le 15 janvier 2016, où elle réalisait un travail sur le droit des femmes au Burkina Faso pour Amnesty International.

Deux expositions et un débat
L’association Camille Lepage et la fondation Leila Alaoui commémorent leurs œuvres à travers deux expositions : « Une fragile poésie » et « Pure Colère ». Des photographies illustrant aussi bien la vie difficile des populations au Soudan et en République centrafricaine, que le quotidien des réfugiés syriens au Liban. S’ensuivra un débat portant sur la place de l’information au 21ème siècle.

• Exposition « Une fragile poésie » regroupant 20 photographies de Camille Lepage et 20 photographies de Leila Alaoui : du 9 avril au 12 juin à la médiathèque Toussaint.

A retenir : Le vernissage de l’exposition aura lieu le 11 avril à 19 h, à la médiathèque Toussaint.

• Exposition « Pure colère » qui réunit des photographies de Camille Lepage : du 2 mai au 2 juillet à la Galerie Dityvon (Université d’Angers).

• Débat : « Quelle information au 21ème siècle ? » le 16 mai à 19 h, à la médiathèque Toussaint, en présence des journalistes Olivier Goujon et Edith Bouvier.

« Des morceaux de vie pris sur le vif »
Guillaume de Sardes, commissaire de l’exposition explique : « Les deux jeunes femmes ont choisi de témoigner de la dureté du monde à travers la photographie. (…). Il est frappant qu’elles aient su saisir au milieu de ce chaos de brefs instants de délicatesse, des moments fragiles de poésie. Ce sont ces images qui sont présentées aujourd’hui. »

Christophe Béchu, maire d’Angers, évoque l’exposition réunissant Camille Lepage et Leila Alaoui : « Elle redonne vie à ces deux femmes dont l’œil veut nous convaincre qu’il reste toujours une once d’humanité même dans les situations les plus tragiques. (…). C’est ce que l’on devine en regardant ces photos, morceaux de vie pris sur le vif. ».

Un film et une rue Camille Lepage
Cinq ans après sa mort, un film retraçant la vie de Camille Lepage intitulé « Camille » et réalisé par Boris Lojkine, sortira à l’automne 2019. Il sera présenté en avant-première à Angers.
Au terme de cette année hommage, une rue d’Angers sera baptisée au nom de Camille Lepage.

 

L’association Camille Lepage
L’association « Camille Lepage – On est ensemble » a été créé le 20 septembre 2014, par la famille de la photoreporter. L’association a pour but de poursuivre l’engagement et les valeurs de Camille, notamment en promouvant ses travaux photographiques, en sensibilisant les jeunes journalistes aux conditions sécuritaires et en soutenant les photojournalistes à réaliser leurs projets de reportages.
Contact : associationcamillelepage@gmail.com

La fondation Leila Alaoui
La fondation « Leila Alaoui » a été créé en mars 2016 pour assurer l’archivage, la conservation et la diffusion de l’œuvre de la photographe. La fondation a pour objectif de faire rayonner et perdurer l’art et les combats de Leila Alaoui.
Contact : christine@fondationleilaalaoui.org

Share This