Imprimer

La minorité municipale a choisi de faire sa rentrée sur le ton de la polémique, ce qui n’est guère étonnant au vu de l’attitude très souvent agressive et des remarques généralement stériles des élus de gauche depuis le début du mandat.

L’opposition avance des chiffres qui sont soit faux, soit accompagnés de commentaires qui prouvent combien ses représentants sont déconnectés des réalités de la vie quotidienne des Angevins.

Aujourd’hui, elle s’attarde sur les ajustements nécessaires réalisés lors de la rentrée 2015, qui ont permis de mettre fin à un système de tarification illisible, en dehors toute réalité économique et parfois déresponsabilisant, ce qui entrainait des gaspillages importants de repas (plus de 20 000 jetés chaque année, soit 100 000 € !) dans les accueils de loisirs.

Ces ajustements n’ont en aucune manière remis en cause l’accessibilité des services pour les familles angevines. Les tarifs périscolaires pratiqués à Angers demeurent largement inférieurs à ceux pratiqués par la plupart des grandes villes de l’Ouest (Nantes et Rennes) et de notre agglomération (Trélazé).

En cette nouvelle rentrée scolaire, il est important de signaler que les tarifs de garderie ont été reconduits à l’identique (0 %) par rapport à l’année précédente. Ceux des accueils de loisirs ont simplement été ajustés de 1,84 %, ce qui correspond uniquement à la revalorisation du prix des repas achetés par la Ville et servis aux enfants.

Dans ces conditions, accuser la majorité municipale de mener une politique antisociale en s’attaquant aux classes moyennes et populaires relève au mieux de la malhonnêteté intellectuelle.

Dans un contexte économique difficile pour tous les Français, la Ville d’Angers a fait le choix, au contraire, d’être aux côtés de toutes les familles angevines, particulièrement celles qui sont les plus fragilisées par la crise.

C’était le sens même du programme de la liste conduite par Christophe Béchu en 2014 à l’occasion des élections municipales, c’est le cap que donne le projet municipal mis en place par la majorité depuis son élection.

La vérité, c’est que faute d’idées et discréditée par les errements politiques d’un gouvernement qu’elle soutient, la gauche angevine continue de jouer sur les peurs, en tentant d’allumer des contre-feux pour masquer l’échec de la politique qu’elle défend.

Pour sa part, la majorité municipale est au travail. Comme elle l’avait annoncé, elle applique le programme pour lequel une large majorité d’Angevins a voté en 2014.

Caroline Fel
Adjointe à la famille et à la petite enfance

Share This