Imprimer

Dans le cadre du déploiement du Plan de vidéo-protection de la Ville d’Angers, le Centre de Supervision Urbain (CSU) et le Comité d’éthique ont été mis en place le 26 novembre 2015.

Le constat

Face à la recrudescence des atteintes à la tranquillité publique, à la banalisation de certains actes de délinquance et à la généralisation du sentiment d’impunité de leurs auteurs, la vidéo-protection constitue un outil indispensable et complémentaire aux actions de prévention et de répression déjà mises en œuvre.

Le déploiement de la vidéo-protection a pour objectifs l’amélioration de la sécurité et de la tranquillité publique en assurant une meilleure gestion de la présence policière sur le terrain, la prévention des actes délictueux en dissuadant le passage à l’acte, et l’augmentation du taux d’élucidation des affaires en facilitant le travail des services de police.

La première phase du Plan de vidéo-protection de la Ville d’Angers est désormais engagée avec le déploiement opérationnel sur 8 sites dont 3 (Ralliement, Gare et Savary) pour la fin de l’année 2015.

Mise en place du Centre de Supervision Urbain (CSU)

Le Centre de Supervision Urbain (CSU) mis en place le 26 novembre 2015 permettra d’enregistrer en continu les images et de visionner en temps réel sur les plages horaires les plus sensibles (fin d’après-midi et nuit). Trois opérateurs habilités et formés assureront ainsi le traitement des images.

Le CSU permettra également de verbaliser à distance les infractions au code de la route, les incivilités ou les comportements jugés dangereux.

Installation d’un Comité d’éthique

La mise en œuvre d’un système de vidéo-protection doit se conformer aux obligations législatives et règlementaires en vigueur. Toutefois, dans une volonté affirmée de transparence, la Ville d’Angers va au-delà des garanties prévues par le législateur en mettant en place un Comité d’éthique composé d’élus municipaux de la majorité et de l’opposition, ainsi que de personnes qualifiées.

Cette instance permettra de concilier sécurité des citoyens et respect des libertés fondamentales en établissant notamment des recommandations portant sur le fonctionnement, les conditions d’utilisation et l’impact du système de vidéo-protection.

***

Pour en savoir plus :

Jeanne Robinson-Behre, Adjointe à la Sécurité et la Tranquillité Publique, se tient à votre disposition pour vous présenter en détails le Plan de vidéo-protection et ses différentes phases.

Composition du Comité d’éthique :

Président : Christophe BECHU, Maire d’Angers

Membres : Jeanne ROBINSON-BEHRE, Adjointe à la Sécurité et la Tranquillité Publique ; Estelle LEMOINE-MAULNY, Conseillère Municipale de la Minorité ; Maître Jean BROUIN, Bâtonnier ; Caroline RENAUD-DUPARC, Directrice de l’Institut d’Etudes Judiciaires (IEJ) et professeur de la Faculté de Droit d’Angers ; Michel PENNEAU, Président de l’Association Départementale d’Aide aux Victimes et de Médiation (ADAVEM).

Share This