Imprimer

La Ville d’Angers encourage depuis 2011 la création artistique autour du thème de l’Apocalypse. L’ouvrage collectif « Écrire l’Apocalypse », présenté ce jeudi 1er décembre à la Médiathèque Toussaint, clôt un cycle de cinq résidences littéraires organisé par la Bibliothèque municipale.

A deux pas du château d’Angers et de la monumentale tenture médiévale de l’Apocalypse, la Bibliothèque municipale d’Angers s’est penchée sur les éditions illustrées du dernier livre de la Bible et sur les œuvres littéraires ou artistiques qu’il a inspirées.

« La Ville d’Angers a proposé à cinq auteurs de s’emparer du thème de l’Apocalypse en s’inspirant de la tenture du même nom, conservée au Château d’Angers. Chacune de ces cinq résidences littéraires a vu naître un texte original explique Christine BLIN, conseillère déléguée en charge des bibliothèques. Ces cinq œuvres singulières, « tissées » par Emmanuel ADELY, Jean-Pascal DUBOST, Patrick GOUJON, Eric PESSAN et Carole ZALBERG montrent à quel point latenture de l’Apocalypse stimule l’imagination, sept siècles après sa création ».

« Ce travail vient prolonger et enrichir le dialogue instauré par Jean Lurçat au milieu des années 1950, ajoute Alain FOUQUET, adjoint au maire en charge de la Culture et du Patrimoine. Après les expositions et les arts de la rue, c’est par le prisme de la littérature que la tenture de l’Apocalypse vient une nouvelle fois interpeller le public d’aujourd’hui. »

Les œuvres originales de ces cinq écrivains, écrites entre 2011 et 2015, sont rassemblées aujourd’hui dans l’ouvrage collectif Écrire l’Apocalypse, publié aux éditions Joca Seria. A l’issue de ces résidences littéraires, les textes ont été lus devant la Tenture de l’Apocalypse et au musée Jean-Lurçat et de la Tapisserie Contemporaine, où est conservé le Chant du monde de Jean Lurçat.

Le livre Écrire l’Apocalypse, enrichi d’une préface du romancier et essayiste Philippe FOREST, Écrire l’Apocalypse et d’une postface d’Antoinette BOIS DE CHESNE, Ce qui se trame aux revers du monde, réunit les textes suivants :
-Emmanuel ADELY : Le volume de la vie (2011)
-Eric PESSAN : Echos (2012)
-Patrick GOUJON : Apocalypse (2013)
-Jean-Pascal DUBOST : Abaddôn (2014)
-Carole ZALBERG : Du sombre au clair, l’Apocalypse en dix chants (2015)

Extrait de la postface
« Chacun des cinq textes écrits entre 2011 et 2015 s’ouvre au désastre d’une destruction accomplie, en devenir ou questionnée. L’Apocalypse est là, elle ne cesse d’avoir lieu, on est dedans jusqu’au cou. Les voix qui nous happent nous délogent des représentations qu’on pouvait s’en faire » (Antoinette BOIS DE CHESNE).

Autour du livre Écrire l’Apocalypse
Du 1er au 3 décembre des rencontres littéraires autour de la parution du livre et en présence des auteurs clôturent une année riche en évènements autour de la thématique de l’Apocalypse.
En effet, l’année 2016 a été particulièrement marquée à Angers par ce thème, à travers un foisonnement artistique qui s’est exprimé aussi bien dans la littérature (avec l’exposition Ruines d’avenir, qui valorisait le travail du poète Michel BUTOR), les arts de la rue (Accroche-cœurs 2016, sur le thème de l’Apocalypse… ou pas !), les arts plastiques (expositions Jean Lurçat, l’Eclat du monde, installation de Claire Morgan).

Écrire l’Apocalypse. Préface de Philippe FOREST, postface d’Antoinette BOIS DE CHESNE. 103 pages, éditions Joca Seria, 2016, 10€, parution novembre 2016.

Programme complet et biographies des auteurs en pièces jointes







Share This