Imprimer

Madame, Monsieur,

100 jours se sont écoulés depuis que mes collègues du conseil municipal d’Angers m’ont élu pour succéder à Jean-Claude Antonini comme maire d’Angers. Je tiens à le remercier pour son dévouement connu de tous et pour son courage dans toutes les épreuves.

Ce changement a pu surprendre par sa rapidité. Après la période d’installation, il me paraissait indispensable de revenir vers vous, les citoyens angevins, qui êtes les premiers atouts de notre ville. C’est bien sûr un honneur et une joie immenses de conduire, avec une équipe d’élus dynamiques, les destinées d’Angers à seulement 41 ans. C’est aussi et surtout une très grande responsabilité : je le mesure pleinement.

Le 26 janvier dernier, lors de mon tout premier discours de maire, j’ai pris publiquement des engagements et j’ai demandé à être jugé sur mes actes. Le premier de mes engagements est donc tout naturellement de vous informer, directement, des actions qui ont été les miennes durant ces cent premiers jours.

Je veux d’abord vous remercier. J’ai en effet senti une grande confiance et une grande attente de votre part lors de mes très nombreux déplacements dans nos quartiers. Une confiance dans les atouts qui sont les vôtres, ceux de nos entreprises, de nos associations, de nos quartiers. Une attente d’une meilleure écoute face aux menaces que la crise fait planer sur nos quotidiens. Une attente aussi d’une plus grande protection alors que bien des services publics nationaux voient leur action se réduire de jour en jour.

Si je suis resté discret durant cette période d’installation, c’est parce que j’ai écouté, j’ai observé Angers avec l’oeil nouveau de maire. C’est également parce que j’ai agi avec la détermination d’être utile et efficace : les bonnes actions valent toujours mieux que les grands discours. Je serai un maire qui agit, pas un maire qui commente.

Avec mon équipe municipale, avec mon énergie et mon envie d’agir, nous avons, en cent jours, impulsé des actions déterminantes pour votre quotidien et pour l’avenir d’Angers autour de deux priorités essentielles : l’économie et l’emploi d’une part, la solidarité et le lien social d’autre part. Nous avons d’abord accompagné le combat des parents d’élèves et des enseignants pour maintenir nos classes de maternelle et de primaire. Alors qu’Angers gagne de nouveaux élèves, le gouvernement d’alors voulait fermer des classes, supprimer des postes d’enseignants dans les quartiers prioritaires. C’est inacceptable : le bras de fer a été engagé avec fermeté pour défendre Angers et nos enfants. Nous avons fait des grands choix, structurants pour Angers demain. Le choix des Berges de Maine tout d’abord avec une formidable opportunité pour notre développement dans les vingt ans qui viennent : nouvelles activités économiques et commerciales, nouveaux espaces verts, nouveaux atouts pour faire rayonner Angers. Nous avons retenu le projet qui vient apporter à la ville la plus grande des qualités de vie, en accord avec les 12 000 Angevins passés par l’exposition et qui nous ont fait part de leur nette préférence pour l’équipe Gréther-Phytolab.

Avec les rives nouvelles de la Maine, Angers fait le choix de l’ambition et du rayonnement. Idéalement situé sur ces berges, le nouveau centre des congrès sera un élément emblématique du territoire. Quatre des plus grands architectes mondiaux participeront au concours qui vient juste de s’ouvrir. C’est l’assurance pour Angers de gagner de nouveaux emplois dans l’hôtellerie, dans le tourisme, dans le commerce.
Le dossier Thomson-Technicolor a lui aussi mobilisé mon attention car nous ne pouvons nous résoudre à gâcher des savoir-faire portés par des hommes et des femmes dans le domaine de l’électronique depuis des décennies à Angers. Nous avons un secteur électronique innovant avec des chefs d’entreprises locaux d’une très grande compétence et des établissements de formation supérieure reconnus. Je crois en l’avenir de la filière à Angers. Plus globalement, nous devons mieux nous appuyer sur les réussites économiques angevines pour tracer une stratégie nouvelle pour le territoire. C’est en ce sens qu’avec mon collègue président de l’agglomération nous allons lancer un comité stratégique avec les acteurs de l’emploi et du développement.

En période de crise, tout doit être entrepris pour l’emploi, mais cela ne suffit pas. Nous avons mobiliséégalement toute notre solidarité. D’abord, en lançant le chantier de construction de la grande Cité de la vie associative et de la solidarité qui va permettre de mieux soutenir nos 1 200 associations qui tissent la relation au quotidien entre les habitants, en particulier les associations caritatives.
Un médiateur du service public vient également d’être nommé pour vous permettre d’améliorer sans cesse vos relations avec la mairie, d’obtenir une meilleure prise en compte de vos attentes. C’est pour moi une priorité que d’avoir un service public municipal plus efficace, plus en phase avec les besoins des Angevins. Dans quelques semaines, Angers sera la première ville en France à mettre en oeuvre une carte électronique, la Carte A’Tout, qui servira à accéder aux services municipaux (bibliothèques et piscines dans un premier temps) et aux transports en commun.

Ce sera l’occasion surtout de vous offrir des tarifs solidaires, en fonction de vos revenus et de votre situation
familiale.
Il y aurait tant à dire encore sur ces cent jours et sur les centaines suivantes que nous bâtirons ensemble. Je serai vigilant à poursuivre le dialogue engagé avec vous mais aussi avec tous les acteurs qui font Angers, y compris la minorité municipale. Angers a de formidables atouts, de grands talents. Il n’y aurait pire risque pour notre ville que les clans, les querelles politiciennes qui n’aboutiraient qu’à freiner son développement, les raccourcis de l’esprit qui nous privent des débats de fond.

J’aime Angers, j’y suis né, mes enfants y grandissent. Vous pouvez compter sur mon dévouement exclusif,
sur mon énergie, mon enthousiasme à faire d’Angers un exemple de solidarité, de réussites collectives et
individuelles.

Frédéric Béatse
Maire d’Angers
Vice-Président du Conseil Régional

PS : la porte de mon bureau vous reste ouverte lors de mes permanences mensuelles. J’aurai le plaisir
de répondre à vos questions et d’écouter vos aspirations pour l’avenir d’Angers lors d’un Tchat Internet
le 14 mai sur www.angers.fr

Share This