Imprimer

Réaction de Jean-Claude Antonini, Président d’Angers Loire Métropole.

etquot;Même si tweeter est à la mode, deux exemples, l’un national et l’autre plus local, montrent que certaines twittos feraient mieux de s’abstenir. 140 signes c’est parfois déjà trop.

Sans doute poussée par une amertume bien compréhensible à la suite de son score abyssal du premier – et dernier en ce qui la concerne – tour des élections législatives, Madame Caillard-Humeau semble feindre l’intérêt pour le territoire angevin d’être représenté à Rio.

Mon déplacement a fait l’objet d’une discussion lors du Conseil d’agglomération du 14 juin dernier. À cette occasion, j’ai pu apporter les précisions nécessaires sur les objectifs et le contexte de ce déplacement. Il est regrettable que l’élue ait été absente de cette séance, son agenda devait pourtant être libéré…

Mais cette explication, comme la démocratie, suppose de pouvoir échanger et alors 140 caractères n’y suffisent pas…

Vingt ans après le Sommet de la Terre, auquel j’ai participé, je retourne à Rio participer à cette nouvelle tentative des Nations Unies pour avancer sur l’engagement des États et de la communauté mondiale dans les grandes transitions de ce 21e siècle.

Les États parviendront-ils à un accord qui réponde aux besoins environnementaux et sociaux de la planète, malgré le contexte de crise internationale ? La tâche paraît aujourd’hui ardue et je ne suis pas très optimiste sur une issue consensuelle à ce sommet étatique.

Mais, à côté des États, il y a les pouvoirs publics locaux. J’ai été invité par le Comité 21 à intervenir au titre de président d’Angers Loire Métropole et président de la commission Développement Urbain Durable, Environnement de l’Association des maires de grandes villes de France.

Angers Loire Métropole a donc conventionné avec le Comité 21 pour ce déplacement. Il me semble que la pertinence et le sérieux du travail du Comité 21 ne peuvent échapper à l’auteure du twitt malencontreux alors qu’elle se réclame d’un parti politique dénommé Cap 21…

J’intervenais ce mercredi sur la coopération nord-sud et plus particulièrement sur la plateforme des villes partenaires de Bamako. Cette plateforme est un exemple innovant de mise en réseau de collectivités locales engagées dans une coopération décentralisée. Nous devons la promouvoir pour permettre à d’autres de s’en emparer. Elle démontre par ailleurs le rôle spécifique et indispensable des collectivités locales dans l’action internationale ainsi que leur légitimité à agir.

L’expérience de la ville d’Angers a été reprise par de nombreux délégués, comme un exemple de ce que peuvent faire les pouvoirs locaux servant de catalyseur aux volontés de la société civile. Cette notion sera reprise dans le protocole final du sommet des Nations unies.

Par ailleurs, ce déplacement est aussi une occasion unique pour écouter et prendre les idées de bonnes pratiques qui peuvent servir notre territoire.

Enfin, un déplacement de 5 jours, comprenant plus de 24 heures d’avion et un programme chargé de conférences ne me semble pas être du ressort du voyage d’agrément. Mais, il est bien connu que l’oisiveté (et l’amertume ?) est mère de tous les vices.etquot ;

Jean-Claude Antonini, Président d’Angers Loire Métropole

Share This