Imprimer

Conviés à la réunion du groupe de travail qui se tenait aujourd’hui en préfecture sur l’avenir du site angevin du groupe Technicolor, les élus locaux ont pris connaissance des offres de reprise reçues par l’administratrice judiciaire dans la perspective de l’audience du Tribunal de commerce de Nanterre du 6 septembre prochain.

Il apparaît que les deux projets jugés crédibles nécessitent une charge de travail à court terme afin de permettre la montée en charge d’une activité de substitution sur le site.

À cette occasion, Jean-Claude Antonini, président d’Angers Loire Métropole, s’exprimant également au nom de Frédéric Béatse, maire d’Angers, et des élus de la Ville a appelé les dirigeants de Technicolor à assumer toute leur responsabilité afin que le Tribunal de commerce se prononce en faveur du maintien de la période d’observation. « Il n’est pas trop tard pour qu’une sortie par le haut soit trouvée » a-t-il ajouté.

« Des éléments encourageants ont pu être présentés aujourd’hui, mais le passé est riche de déception dans ce dossier, a rappelé le député Luc Belot. Il est donc essentiel que le groupe Technicolor assure les conditions nécessaires pour qu’au moins l’un des projets de reprise puisse voir le jour ».

Sophie Saramito, conseillère régionale des Pays de la Loire, a quant à elle souligné la préoccupation des élus pour les 351 salariés actuellement en poste sur le site angevin. Compétente en matière de formation professionnelle, la Région confirme son engagement à accompagner les salariés dans le cadre d’une poursuite d’activité, a précisé l’élue régionale.

Les élus de la Ville d’Angers, d’Angers Loire Métropole et de la Région des Pays de la Loire restent mobilisés.

Share This