Imprimer

Hier, dans l’enceinte de l’amphithéâtre du lycée de Mongazon, 350 élèves issus de 10 établissements angevins ont eu l’honneur de rencontrer Henri BORLANT, ancien déporté d’Auschwitz. C’est dans un silence religieux que, durant deux heures, les élèves ont pu entendre le récit de cet homme qui a subi le traumatisme de la rafle et l’enfer des camps.

Henri BORLANT avait 14 ans lorsqu’il fut arraché à sa famille et déporté vers le camp d’Auschwitz, en Pologne.

Après avoir quitté la Russie, la famille BORLANT s’installe à Paris d’où elle est évacuée au début de la guerre vers Saint-Lambert-du-Lattay, dans le Maine-et-Loire. Henri BORLANT, de mère juive et de confession catholique, sera raflé en juillet 1942. Son père et quelques-uns de ses frères et sœurs ont également fait partie du convoi n°8 qui quitta la gare d’Angers le 20 juillet 1942, à destination d’Auschwitz. A son bord, 824 personnes, dont seules 20 survécurent.

C’est cette histoire que cet homme courageux de 89 ans, ému de revenir dans le Maine-et-Loire, a décidé de transmettre aux jeunes générations.

« Hier, l’émotion était forte dans l’amphithéâtre du lycée Mongazon. L’histoire d’Henri BORLANT, contée avec une grande simplicité, a considérablement touché les élèves et les professeurs. Beaucoup de questions ont été soulevées par les jeunes, dans un profond respect vis à vis de son histoire. A l’issue de la séance, Henri BORLANT a été ovationné par tout le public » raconte Karine ENGEL, Adjointe au devoir de mémoire et aux anciens combattants de la Ville d’Angers.

Suite aux attentats de janvier 2015, la Ville d’Angers a mis en place un programme d’actions pédagogiques autour des valeurs de la République à l’Histoire de notre pays. La venue d’Henri BORLANT à Angers s’inscrit dans cette perspective.

Qu’est-ce la démocratie ? Que recouvre le mot liberté ? Qu’est-ce que l’esprit républicain ? Autant de questions soulevées par les jeunes et les enseignants des 10 établissements scolaires participant à l’opération.



Share This