Imprimer

Bien connus des joggeurs et des amateurs de promenade, les parcs Saint-Nicolas s’étendent sur 112 ha entre Angers, Avrillé et Beaucouzé. Ces espaces semi-naturels, dont l’origine remonte au XXe siècle, abritent une grande variété de paysages (lande sèche, combes humides, coteaux schisteux, chênaie et châtaigneraie) et d’espèces.

Labellisé EcoJardin depuis un an (une reconnaissance de la qualité de la gestion écologique de espaces), l’ensemble du site est identifié comme « pénétrante verte » au niveau du Schéma de Cohérence Territorial (SCOT) et du Plan d’aménagement et de développement durable (PADD) – autrement dit, il s’agit d’espaces privilégiés en termes de qualité écologique et agro-environnementale : préservation des milieux humides, restauration des cours d’eau, préservation de l’agriculture périurbaine, espace boisé, ouverture au public d’espaces naturels et agricoles.

La présentation de ce nouveau sentier pédestre sur le secteur du Bois l’Abbé constitue dans ce cadre la première phase d’un projet plus global.

Les travaux ont permis la création d’un nouveau sentier pédestre secteur Bois l’Abbé, reliant ceux déjà existants sur les parcs Saint-Nicolas. Le tracé proposé emprunte le haut de la « gouttière » de la vallée. Il offre ainsi une vue appréciable en plongée sur le cours d’eau et sa vallée tout en respectant l’intégralité des zones humides.

La création de cheminements (1.160m linéaires) qui parcourent cette nouvelle zone, offrent au public les fonctions de découverte, de sport, de promenade et permettent les déplacements piétons, à terme vélo à travers les parcs.

D’ores et déjà, le déplacement à vélo est possible en empruntant un premier tronçon de voie verte entre l’entrée Bois l’Abbé et l’entrée de la Haloperie à travers la lande. Des allées piétonnes permettent de descendre vers la pointe de l’étang et de longer celui-ci. L’une d’entre elles longe une parcelle en prairie permanente. Cette prairie sera confiée en gestion à un agriculteur.

La pérennisation de l’agriculture

Angers Loire Métropole a racheté les parcelles environnant le ruisseau. Des baux environnementaux ont été signés avec des agriculteurs biologiques afin d’éviter la pollution des eaux et afin de règlementer l’utilisation des prairies
L’objectif étant de créer un parc agricole afin de pérenniser l’agriculture sur ce secteur dans le respect des enjeux environnementaux, puis la reconquête des zones humides de la Vilnière en les valorisant par le biais de sentiers pédestres.

Biodiversité

Cette trame verte offre un continuum aquatique et terrestre particulièrement favorable à la biodiversité. Une grande variété de paysages et de milieux est présente : boisement, plans d’eau, zones humides, cours d’eau, prairies permanentes.
79 espèces végétales ont été répertoriées avec 33 familles végétales représentées.
Les espèces les plus représentées sont :
– les asteraceae, caractéristiques des friches (Conyza canadensis, Arctium minus, Picris echioides…)
– les fabaceae, caractéristiques des prairies de fauches (Vica sativa, Lathyrus pratensis, Lotus pedunculatus, Trifolium campestre…)
– les poaceae, Phragmites australis, Phalaris arundinacea, Dactylis glomerata…
Toutes les espèces recensées sont communes dans le département.
Dans la lande, on relève la présence de Sedum Andegave, et d’une espèce d’oiseau protégée : l’engoulevent.

Pièces jointes :

_Pont_Noir_-_rue_Ch._Delbo.pdf
Share This